34.1 C
Ouagadougou
lundi, 3 octobre 2022

DERNIERES PUBLICATIONS

Le secteur minier au Burkina Faso : Allier attractivité et développement durable

Le secteur minier au Burkina Faso connaît un grand essor depuis les années 2000. Aujourd’hui, de nombreuses sociétés minières se sont implantées dans le pays.

Le Burkina Faso fait partie désormais des grands pays miniers en Afrique. L’activité minière y a connu un essor considérable depuis les années 2000. Dans le sillage du boom minier, l’or est devenu le premier produit d’exportation devant le coton depuis 2009. Aujourd’hui, le Burkina Faso est considéré comme le quatrième producteur d’or en Afrique, derrière l’Afrique du Sud, le Ghana et le Mali. La contribution du secteur minier au PIB a été estimée à 7,9% en 2015 et le Burkina Faso vise un objectif de 10,2% d’ici à 2020.

Avec plus de 916 milliards de F CFA de contribution directe au budget de l’Etat entre 2008 et 2015 et près de 600 autorisations et titres miniers actifs à la fin de l’année 2016, le secteur minier burkinabè se porte bien. Selon le rapport de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives (ITIE) publié en Mars 2017, les revenus générés par le secteur minier totalisent un montant de 138,714 milliards de F CFA pour l’année 2015. Ce montant inclut les paiements encaissés directement par l’État pour un montant de 137,832 milliards de F CFA et les paiements sociaux pour un montant de 0,882 milliards de F CFA.

Toutes ces performances ont été possibles grâce à la présence de plusieurs sociétés minières. En 2016, on dénombrait douze sites miniers en activité sur le territoire national, dont dix dans le domaine de l’or, un dans le zinc et un dans le manganèse. Aujourd’hui, de nouvelles mines se sont installées. Les sociétés minières présentes au Burkina Faso sont des filiales de sociétés internationales ou constituées par des actionnaires. Ces sociétés sont entre autres la Société des Mines de Taparko (SOMITA SA), Burkina Mining Company (BMC SA), Société des Mines de Bélahouro, SEMAFO SA, Essakane SA, Bissa Gold, Nantou Mining, STREMCO, Burkina Manganèse, etc.

Pour organiser le secteur minier, le Burkina Faso a adopté un nouveau code minier en 2015. Cela vise à assurer une gestion équitable des ressources issues de l’exploitation des sites miniers. Le nouveau code comporte plusieurs innovations. Son objectif est de concilier à la fois l’attractivité du secteur minier et le développement durable. L’innovation majeure reste la création du fonds minier de développement local qui servira à financer efficacement le développement des zones abritant les sites miniers et à créer un bien être pour les populations riveraines.

En rappel, en 2008, le Burkina Faso a adhéré à l’ITIE et a été déclaré « pays conforme » en février 2013. L’ITIE est une norme de référence internationale visant à instaurer la transparence au sein du secteur extractif. Il est un moyen qui permet aux communautés de vérifier les informations que les entreprises minières publient. Cela renforce la confiance entre les communautés et ces entreprises minières. Car, les retombées de l’or et des mines devraient profiter à tous les acteurs. C’est aussi cela la bonne gouvernance.

Latest Posts

spot_imgspot_img

A ne pas manquer

Metéo

Ouagadougou
peu nuageux
34.1 ° C
34.1 °
34.1 °
55 %
3.1kmh
20 %
lun
35 °
mar
35 °
mer
31 °
jeu
34 °
ven
26 °

RESTEZ CONNNECTER

POUR ÊTRE INFORMÉ DES DERNIÈRES NOUVELLES, OFFRES ET ANNONCES SPÉCIALES.